Etudier les BEP

Vous êtes ici

Articulés autour de la notion d’accessibilité, les travaux de cette équipe d’accueil déplacent les frontières traditionnelles traversant le champ du handicap. En effet, les recherches menées en son sein permettent de mettre à distance les approches classiques déficitaires et défectologiques du handicap pour privilégier une approche écologique et dynamique qui relie les pratiques des institutions et l’impact de leurs politiques (institution scolaire, établissement médico-social, secteur associatif, etc.) à la question de l’inclusion scolaire et de l’accès au droit et à la citoyenneté des élèves à besoins éducatifs particuliers (BEP), par-delà la déficience.

Les notions de BEP et de handicap sont proches mais ne sont pas superposables. En effet, un handicap (par exemple moteur) n’induit pas automatiquement des besoins particuliers dans tous les apprentissages ou dans tous les domaines de la vie sociale (accès aux loisirs, à la culture, au travail). Par exemple, si un enfant/jeune en situation de handicap moteur a accès à la salle de classe, il n'y aura nécessairement pas de problème concernant les apprentissages relatifs à la langue ou aux matières scientifiques. Dans d'autres disciplines, comme l'éducation physique et sportive, il peut y avoir des besoins particuliers correspondant à l’adaptation des activités avec des équipements spécifiques ou une adaptation de l'évaluation par compétences par exemple. A l’inverse, un individu peut avoir des besoins éducatifs particuliers sans être reconnu handicapé ; c’est par exemple le cas des enfants et des jeunes primo-migrants ou en grande difficulté scolaire ou encore dont la liberté est juridiquement restreinte (enfants en prison ou en centre éducatif fermé) sans que ceci remette en cause le droit à la scolarisation.

Cette approche permet de se préoccuper, au-delà des populations appartenant traditionnellement au champ du handicap, de celles et ceux qui présentent des difficultés d’apprentissage, un haut potentiel intellectuel ou des difficultés psychosociales majeures. La posture défendue permet de fédérer des projets de recherche inter/pluridisciplinaires s’organisant autour de questionnements communs et se révèle porteuse d’innovations épistémologiques et méthodologiques sensibles. Les chercheurs sont membres de recherche collaboratives prenant en compte cette dimension (ELFE-Etude longitudinale française depuis l'enfance, IFRH - Institut fédératif de recherche sur le handicap...).

Les axes transversaux du Grhapes concernent :

  • « Accessibilité, citoyenneté et identités sociales »
  • « Accessibilité, apprentissages et adaptation des pratiques ».