Eden Lubéris | Diplômé de doctorat à l'INSHEA et fondateur de l'association OCONFOR

Vous êtes ici

Ecouter
 

Le 11 décembre 2020, Eden Lubéris, doctorant à l'INSHEA, a soutenu sa thèse et eu la joie d’obtenir son diplôme de doctorat. L'occasion de revenir avec lui sur son parcours et son engagement pour une société plus inclusive.

 

Quel est ton parcours et comment as-tu connu l'INSHEA ?

J'ai un triple parcours complémentaire (gestion des affaires, sociologie et éducation) :

D'abord, j'ai obtenu en 2014 une licence en sciences administratives option gestion des affaires, qui m'a surtout permis d'avoir la capacité et les outils nécessaires pour créer et gérer des institutions, notamment des associations.

Cette licence en gestion des affaires m'a également outillé pour manager et gérer des projets. C'est au cours de mes expériences en tant que dirigeant d'association et manager de projet dans des domaines comme la protection de l'enfance, la scolarisation des enfants en situation de handicap en Haïti... que j'ai rencontré l'INSHEA pour la première fois. 

Une délégation de l'INSHEA était en mission en Haïti à cette époque, et l'association Christian Blind Mission nous a servi de pont. Ainsi, Monsieur Puig (directeur de l'INSHEA à l'époque), Monsieur Frédéric Reichhart (maître de conférence à l’INSHEA) ainsi que la responsable du service relations internationales et partenariats, ont pu visiter à Fontamara des écoles ordinaires que nous avions accompagnées pour scolariser des enfants en situation de handicap dans leur établissement.

Lors de cette rencontre, j’ai appris que l'INSHEA était une institution de formation spécialisée dans l'accompagnement des publics à besoins éducatifs particuliers. De par mon parcours et avec une soif d'apprendre encore plus grande dans ce domaine, j'ai décidé de candidater en master à l’INSHEA. J’ai été accompagné par l’Institut pour mettre en place mon projet, notamment grâce à un dispositif de bourse à coûts partagés avec l'ambassade de France. J’ai aussi eu le privilège de bénéficier d’une subvention de la Fokal (Fondation Konesans ak Libète en Haïti) dans le cadre d'un programme de renforcement des capacités suite à une coopération entre l'INSHEA et l'État haïtien. J'ai obtenu mon master 2 en accessibilité universelle et accompagnement des publics à besoins éducatifs particulier en 2016.

Une fois le master en poche, j’ai poursuivi sur ma lancée en doctorat en sciences de l'éducation et je me suis inscrit en thèse à l'INSHEA et à l'université Paris Nanterre. Le 11 décembre 2020, j'ai soutenu ma thèse et eu la joie d’obtenir mon diplôme de doctorat.

Pour en savoir plus sur la coopération entre l'INSHEA et Haïti, découvrez le webdocumentaire « L’INSHEA et l’éducation inclusive en Haïti : récit de dix ans de coopération » [Nouvelle fenêtre].

 

Qu'est-ce qui t'a poussé à t'engager pour l'inclusion scolaire ?

La première chose c'est que j'ai vécu dans la masse défavorisée, j'ai eu la chance de grandir dans des quartiers populaires où la diversité et la disparité entre les habitants est très forte. J'ai eu le privilège d'être scolarisé avec des enfants et jeunes de toutes les couches sociales. Ma vie quotidienne à l'école, dans mon quartier et mes autres activités culturelles et sportives m'ont permis de comprendre l'importance de la scolarisation pour tous. De plus, j'ai vu des enfants qui, à cause de certains problèmes d'inadaptation scolaire (méthode pédagogique, préjugés et discriminations), ont abandonné l'école sous prétexte qu'ils ne pouvaient pas apprendre. Comme si l'apprentissage était réservé à un groupe ou une classe d'hommes et de femmes spécialement conçus à cet effet. Ces situations m'ont poussé à m'engager dans la production de réflexions pouvant aboutir à la scolarisation de tous en apportant ma contribution pour l'adaptation scolaire aux besoins et capacités de tous.

 

Peux-tu nous parler de l'association OCONFOR que tu as créé ?

L'Organisme de Consultation, de Formation et de Recherche sur l'accessibilité universelle et l'inclusion (OCONFOR) dont je suis le porteur a pris naissance à l'INSHEA au cours de mes études de master 2. J'ai eu, à cette période, le privilège de rencontrer des professionnels haïtiens et haïtiennes évoluant tous dans le domaine de l'accessibilité, l’inclusion et le handicap, et qui étaient majoritairement des bénéficiaires du programme de coopération entre l'INSHEA et le gouvernement haïtien. Certains d'entre nous se connaissaient déjà. Nous avons sympathisé et en février 2016 nous nous sommes réunis au foyer de l'Institut, où j'ai exposé ma vision menant à la création d'OCONFOR pour la première fois. Depuis ce jour, nous sommes tous devenus membres fondateurs de l’association, qui œuvre depuis lors en Haïti. Nous avons tous embrassé l’objectif suivant : Contribuer à l'élaboration et à la mise en oeuvre des politiques publiques inclusives, en vue de favoriser l'accès aux différents services offerts au public, dans une perspective d'égalité de droit pour tous.

Notre mission consiste à fournir une expertise technique et méthodologique pouvant contribuer à la mise en oeuvre des politiques d'accueil et d'accessibilité pour toutes personnes, notamment les personnes en situation de handicap, les personnes âgées, les femmes et les enfants. 

 

Peux-tu nous parler du master « conseiller en accessibilité » que tu as suivi ?

Le master 2 « Pratiques inclusives, Accessibilité et Accompagnement des publics à besoins éducatifs particuliers » confère à celui qui détient ce diplôme le titre de Conseiller en accessibilité universelle. Ce conseiller en accessibilité est un professionnel qui détient les compétences adéquates pour identifier les besoins des publics à besoins éducatifs particuliers. Il est à même de concevoir et/ou piloter des dispositifs dans le but de répondre à ces besoins que ce soit en termes d’aménagement ou d’accompagnement.

Ce master ouvre également une porte vers la recherche scientifique pour ceux qui souhaitent s'y aventurer. 

Je souligne également que c'est un master innovant qui combine des thématiques transversales d'actualités (Accessibilité, Handicap, Inclusion) dont les enjeux sont de taille. En résumé, ce master vous met dans une posture où vous devez repenser l'avenir, redéfinir les règles basiques de la société afin de permettre à toute personne sur une base d'égalité et d'équité, de jouir de tous ses droits et d'avoir accès à tout : éducation, vie sociale, professionnelle… 

En savoir plus sur le master « Pratiques inclusives, Accessibilité et Accompagnement des publics à besoins éducatifs particuliers » [Nouvelle fenêtre].

 

Qu'est-ce qui t'a décidé à te lancer dans une thèse ?

J'ai pris conscience que pour faire bouger certaines choses au niveau macro comme les politiques publiques inclusives, nous devons avoir des pré-requis et une posture de chercheurs, et qu'une dimension scientifique est indispensable. Pour cela, je me suis lancé dans une thèse afin de développer mes compétences méthodologiques ainsi que la rigueur nécessaire pour y parvenir.

 

Que retiens-tu de cette aventure qu’a été l’écriture de ta thèse ?

Ce fut une aventure passionnante, pleines de découvertes et de surprises. Ce travail exige beaucoup de discipline, de la persévérance et du courage. Quoiqu'il en soit, un travail personnel qui requiert une grande capacité d'écoute, de partage et beaucoup d'humilité. Il faut apprendre à prendre en compte d'autres points de vue parfois complémentaires mais aussi opposés aux siens : tous les points de vue sont nécessaires pour la réussite du travail. Il faut savoir les utiliser à la bonne place et au moment opportun. Cette aventure repose sur un travail de synthétisation et de synchronisation.

 

Quels sont tes projets pour la suite ?

J’envisage de rechercher un contrat un post-doctoral, puis d’obtention d'une habilitation pour diriger des travaux de recherche (HDR) ! Sans oublier, la rédaction d'articles scientifiques et la réalisation de divers travaux scientifiques menant au développement d'un nouveau concept : « Éducation Inclusive Relative à l'Environnement ». 

Pour finir, le développement d'une théorie de l'apprendre, adaptée aux besoins et capacités de tous les apprenants et de changement de conception initiale.

 

Comment peut-on contacter ton association ?

Pour contacter OCONFOR, vous pouvez nous écrire aux adresses suivantes : oconfors.accessibilité@gmail.com ou luberiseden@gmail.com