Ressources TSLA

Vous êtes ici

Pôle TSLA
Ci-dessous, veuillez sélectionner une sous rubrique pour affiner votre recherche

image Imprégnation Syllabique
Résumé : 

Ces séances s’adressent à des élèves qui n’arrivent pas à mettre en place des automatismes dans le décodage
Ces séances ont été construites à partir de la méthode "Imprégnation syllabique" proposée par Dominique Garnier-Lasek (Ortho Edition).

Deux niveaux de complexité sont proposés.

 

image Laisse-moi t'expliquer la dysphasie
Résumé : 

S. Bourque, 2014

Cet album documentaire raconte l'histoire de jumeaux dont un est dysphasique. Il explique les difficultés, les questionnements liés à l’intégration scolaire et à la vie en famille pour un enfant ayant ce trouble. Au cours de l'album on découvre plusieurs conseils avisés.

Édité par : Midi trente
Pour un public de 5 à 10 ans

image Le secret d'Alexis
Résumé : 

E. Seguier, 2014

Dans cet album, le père d'alexis raconte le quotidien de son enfant, dyspraxique non encore diagnostiqué. Ses maladresses, son découragement, son sentiment de différence et l'incompréhension de l'entourage sont relatés et nous permettent de mieux comprendre le vécu de ces enfants.

Edité par : Tom Pousse
Pour un public de 9 à 13 ans

image Vivre et composer avec la dyslexie
Résumé : 

A. Idéale, 2014

L’auteure, dyslexique, raconte des bouts de vie : le jour où il y a dictée en classe, le jour où les voisins lui offrent un livre. Elle nous livre ses sentiments, sa culpabilité d’être différente, son incompréhension mais aussi ses victoires. Autant de situations concrètes, rapides à lire, mais tellement éclairantes sur ce que peut ressentir une élève dyslexique.

Pour un public de 10 à 80 ans
Edité par : Chronique Sociale

image  Dylan et le pirate des mots
Résumé : 

J.M. Le Jeune, 2009

Dylan est un enfant dyslexique qui se retrouve au bagne des cancres. Il se retrouve à bord du bateau « dyslexia »où tout écrit est banni. Ce roman, présenté en arial avec deux interlignes, nous raconte un combat contre les mots de façon onirique et drôle. Une aventure pleine d'imagination et de poésie qui dépeint les difficultés des enfants dyslexiques.

Pour un public de 9 à 16 ans
Edité par : Jeunesse l’Harmattan

image Dyslexique et alors ?
Résumé : 

S. Laine, 2009

Ce roman est l’histoire d’Ugo dyslexique et de sa famille confrontée à ce handicap. On suit Ugo de la naissance à l’âge adulte. On suit également sa maman qui tout au long de la scolarité de son enfant fait face à l’incompréhension des professeurs mais aussi face à l’acceptation et l’aide des professeurs. Une histoire passionnante au ton vrai et qui se termine bien.

Pour un public 10 à 80 ans
Edité par : l’HARMATTAN

image  Le tiroir coincé
Résumé : 

A. M. Montarnal, 2009

Nomus, un extra-terrestre, visite une classe et pose des questions sur les différences entre les enfants. Il est amené à comprendre la dyslexie. Cet ouvrage fait également découvrir à l'élève dyslexique qu'il n'est pas bête, qu'il doit utiliser son intelligence non seulement pour contourner et surmonter ses difficultés mais aussi pour embellir sa vie. Des témoignages d’enfants viennent illustrer les exemples.

Pour un public de 9 à 16 ans
Edité par : TOM POUSSE

image Frédéric le méli-mélé
Résumé : 

K. Canciani et C. Battuz, 2009

Frédédic est dyslexique. Il mélange beaucoup de choses, les lettres, les chiffres, mais il a aussi des qualités qui lui permettent d'avoir des amis. Le texte est simple, les dessins sont un peu fouillis et nécessitent des explications.

Pour un public de 6 à 9 ans
Edité par : Le raton Laveur

image Vincent et les pommes
Résumé : 

B. Marleau, 2008

Vincent est dysphasique. Il est en maternelle et participe à la vie de la classe. Cet album raoncte une journée de classe où la maîtresse met en place des aménagements pédagogiques, reformule ses interventions qui le valorise. A la fin de l'album on trouve des conseils pratiques.

Pour un public de 4 à 8 ans
Edité par : Boomerang

image Gros sur la tomate
Résumé : 

D. Brisson, 2007

Bob est un enfant dysphasique. On voit le monde à travers son regard et à travers aussi ses difficultés. Drôle, mais aussi grinçant, Bob nous fait vivre la vie scolaire d’un enfant dysphasique avec réalisme. On prend conscience des difficultés de notre langage et des répercussions sur la compréhension.

Pour un public de 8 à 80 ans
Edité par : Syros

image Benjamin n’aime pas lire
Résumé : 

K. Dietlens, 2007

Benjamin est un garçon en fin de CP. Il a des difficultés pour apprendre à lire et pourtant il aimerait bien être comme ses camarades. Benjamin a une amie Olivia qui l’aide et surtout qui lui montre toutes les autres qualités qu’il possède, notamment des compétences en observation et en imagination.


Pour un public de 8 à 12 ans
Edité par : Edition enfants du Québec

image Réapprendre à lire : de la querelle des méthodes à l’action pédagogique
Résumé : 

S. Garcia,  A.C. Oller, 2015
 

Ces deux sociologues ont mené une enquête participante pendant trois ans : elles ont à la fois accompagné des élèves en difficulté de lecture en petits groupes, observé la vie en classe, participé à la vie de l’école comme les conseils de cycles, et interviewé les enseignants et les parents. De cette enquête elles font des propositions très concrètes pour que tous les enfants apprennent à lire au CP et ainsi que les écarts entre élèves bons lecteurs et mauvais lecteurs diminuent.

Edité par : Seuil

Pour lire le résumé : ici.pdf

 

image Supports pédagogiques et inégalités scolaires
Résumé : 

S. Bonnéry (sous la direction de)

Les auteurs s'intéressent aux supports pédagogiques. Ils s'aperçoivent qu'au cours de l'histoire ceux-ci se complexifient impliquant un traitement cognitif très différent selon les générations d'élèves. Lors de leur utilisation en classe, les auteurs notent que les supports influencent fortement la pédagogie des enseignants. Le choix du support n'est donc pas anodin et peut se révéler contenant de forte valeur sociale implicite.

Edité par : La Dispute

Pour lire le résumé : ici.pdf

image Enseigner efficacement la lecture
Résumé : 

J. Reichstadt, J.P. Terrail, J. Deauvieau, 2015,

Après avoir fait un détour par les neurosciences et des travaux de recherche sur l’efficacité de certaines méthodes en lectures menés aux Etats Unis, les auteurs ont mis au point un support d’apprentissage pour le CP : « le lis, j’écris ». Ils nous livrent dans cet ouvrage les résultats de leur étude comparant 4 méthodes de lecture allant d’une approche mixte à une approche syllabique. Face aux résultats, les auteurs essaient d’expliquer par une approche cognitiviste et sociologique pourquoi une entrée dans la lecture vont aider les enfants des milieux défavorisés à devenir expert en lecture/écriture sur les versants du décodage, de la compréhension, et également de l’écrit.

Edité par : Odile jacob

Pour lire le résumé : ici.docx

image La médicalisation de l'échec scolaire
Résumé : 

S. Morel, 2014

S. Morel a passé plusieurs années à observer, interviewer et confronter deux grandes institutions en lien avec l’échec scolaire : un CMPP et un centre de référence du langage ayant des classes dans son bâtiment. L’auteur analyse les raisons de ce développement médico-psychologique de plus en plus important. Il en résulte un vrai questionnement sur ce phénomène de plus en plus prégnant où l’échec scolaire est dévolu à des institutions extérieures à l’école. Cette médicalisation creuse les inégalités sociales, et, elle permet de ne pas interroger l’école sur les 20% de la population d’élève en échec. Les enseignants de l’école primaire sont dépossédés de leur expertise.

Edité par : La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire »

Lire un résumé : ici.pdf

image A l’école de la dyslexie : naturaliser ou combattre l’échec scolaire ?
Résumé : 

S. Gracia, 2013

Et si la dyslexie était un bon moyen pour exonérer l’école de l’apprentissage de la lecture à tous les enfants qu’on lui confie. S. Garcia analyse la « naissance de la dyslexie » à travers le prisme de la sociologie. Le débat ne se situe pas sur l’existence ou non de la dyslexie (la ligne de démarcation entre grande difficulté de lecture et dyslexie étant floue) mais sur la capacité de l’école à apprendre à lire à tous les élèves. Les inégalités sociales face à l’école ont été démontrées depuis longtemps, ici elle s’intéresse à « la construction de l’échec précoce », et à « l’indifférence aux résultats que peuvent produire différentes démarches pédagogiques ». Un ouvrage qui permet aux enseignants de prendre du recul par rapport aux « idées préconçues ».

Edité par : La découverte

image Apprendre avec les neurosciences
Résumé : 

P. Toscani, 2012

Après un rappel très clair de l’apport des neurosciences sur la compréhension des apprentissages, L’auteure réunit neurosciences et psychologie clinique. Cette réunion intéressera tous les enseignants qui s’interrogent sur l’aide à apporter aux élèves en difficultés. Il ne s’agit pas d’exclure l’une ou l’autre entrée mais de montrer en quoi ces différentes approches peuvent aider à la compréhension de la difficulté. Une expérience en collège menée en partenariat avec cette chercheure nous montre comment on peut mener une réflexion pour renouveler notre système éducatif.

Edité par : Chronique Sociale

image Apprendre à l’école, Apprendre l’école
Résumé : 

E. Bautier, 2006

Et si parfois, les enseignants en voulant bien faire mettaient les élèves en difficulté. L’auteure étudie les pratiques scolaires en maternelle et montre en quoi l’implicite des consignes peut mettre les élèves en difficulté. Les situations d’apprentissages deviennent obscures et peuvent induire des malentendus. Les élèves ne savent pas ce qu’ils apprennent, perdent le sens des apprentissages, alors qu’ils sont aux aussi plein de bonne volonté. Les situations racontées sont authentiques et communes à ce qu’est une classe. Idéal pour regarder sa pratique.

Edité par : Chronique Sociale

Pages